Jeu de Rôle Magazine n°14

Le nouveau numéro de JdR Mag’ est de sortie ! Et en PDF s’il vous plait 😉

Ce n°14 de 49 pages contient tout ce qu’il vous faut en attendant la sortie du 15 dans vos kiosques (le pourquoi du comment est expliqué ici) :

  • Interview de Studio 09
  • Interview de Moebius
  • Un dossier Dungeons & Dragons avec un bel hommage à Gary Gygax, notre père à tous.
  • Un scénario pour Anoë (*se prépare à recevoir des fruit pourris* ??? C’est quoi ???)
  • Une belle suite d’articles à destination des MJ, contenant notamment un article sur les joueurs insupportables (N’est ce pas Synochrate et Lunathir 😉 )
  • Et toutes les rubriques habituelles (pour le format PDF j’entend).

Un bon numéro donc.

Juste un mot pour Guillaume si il nous lit :

« Guillaume,

J’aime ton mag’ et sa communauté de bénévoles, mais s’il te plait ne reproduit pas l’erreur de Play Factory avec Dragon Rouge, ne t’en sers pas pour te faire ta propre promotion toutes les deux pages !

Et met en avant les bénévoles qui participe au mag’, avec pourquoi pas, des cadeaux de chez toi 😉 .

Amicalement »

Voilà, ce sera tout pour la touche moralisatrice 😛

Au fait, pour le télécharger, suivez le lapin blanc

VerZine n°0, le fanzine dédié au jeu Vermine

Nous sommes le 15 Mars 2011 (petit décalage spatio-temporel oblige), et une petite merveille fait son apparition sur la toile :

VerZine n°0

Mais qu’est ce donc que cela, vous demandez-vous, n’est ce pas ? Et bien il s’agit du premier numéro d’un fanzine entièrement dédié à Vermine.

Quoi ? Vous ne connaissez pas Vermine ?

Laissez-moi vous le présenter brièvement alors :

Vermine est une jeu de rôles de Julien BLONDEL édité par le 7ème Cercle en Novembre 2004.

Vermine remporte le GROG d’Or 2005.

Pour faire court, Vermine tente une approche nouvelle : « Qu’est ce qu’il se passerait si dame nature mettait tout en oeuvre pour se débarrasser du parasite humain ? ». C’est donc dans ce cadre que vous allez endosser la peau d’un humain de la Terre de 2037 dans une situation délicate et où la survie est une lutte de chaque instant.

Maintenant que le cadre est posé, parlons un peu du sujet principal, qui est donc le premier numéro de VerZine.

Il s’agit donc d’un fanzine au format PDF de 34 pages réalisé par la Communauté Vermine.

Le zine contient des fausses news qui vont bien, deux nouvelles très bien rédigées, des inspirations très verminesques ainsi qu’un scénario complet et très bien documenté.

Et pour illustrer mes propos, je ne peux résister à un petit copier-coller du Zine :

Rappelle-toi, homme.Rappelle-toi de tes ancêtres, de ceux qui ont osé affronter la grande Gaïa. Tout ce que je dis est la pure vérité ; aussi éblouissante que la lumière de l’astre Soleil qui te permet de voir la beauté du monde qui t’entoure. La vérité éclaire oui mais elle rend aussi parfois aveugle. Et cette vérité hélas, est sans doute la plus sombre detoutes…

Nous ne pouvons donc qu’applaudir l’initiative, et espérer la sortie prochaine du numéro 1 (qui sera donc le 2ème).

Longue vie à Vermine, et longue vie à VerZine !

Au fait, qui parmi vous continuera à collectionner des phasmes après avoir affronter une coccinelle haute comme un Berger d’Anatolie ?

La chronique de Synochrate – Épisode 1 : Les MeJeu

Du bon MJ et du mauvais MJ

Commençons par une question simple. Quelle est la différence entre un bon mj et un mauvais MJ ? Le mauvais MJ, il prend les dés et il fait son jet de dés. Le bon MJ, il prend les dés, il jette les dés mais c’est un bon MJ…

A l’heure où notre programme TV regorge d’émissions live, où de simples citoyens sont mis à l’épreuve les uns par rapport aux autres et autour de thèmes artistiques tels que la danse, le chant, la cuisine ou encore la survie sur une île déserte, gageons qu’un jour un présentateur bien inspiré proposera de confronter des MJ de tous horizons et de consacrer le meilleur d’entre eux après un jeu télévisé Prime-time où le public, s’appuyant sur les jugements d’experts concernés,  votera en fin d’émission pour sauver son chouchou… Oui une telle émission pourrait peut-être répondre à cette question. D’autant que les participants des diverses émissions actuellement proposées ne sont ils pas dans une certaine mesure d’excellents joueurs de jeux de rôle ?

Imaginez alors les commentaires du jury, composé d’auteurs d’heroic fantasy, de compositeur de jeux de rôle et d’organisateurs de GN : « C’est intéressant ce rôleplay, le côté croquant de son vocabulaire associé au côté gourmand de son jet de dés »… ou encore, « oui, c’est bien exécuté, et y a plus de créativité dans ce personnage que dans l’autre ».

Malheureusement pour moi, cette émission que l’on aurait pu pareillement baptiser « Master MJ », la « MJ Academy » ou encore « le MJ est dans le pré » n’existe pas. Et je me vois pour répondre à cette question, contraint de composer une prose complémentaire…

Revenons, donc, sur un terrain plus conceptuel, car pour répondre à cette question il convient en amont de définir le concept de « jeux de rôle » auquel est apparentée la fonction de MJ.

Du théâtre improvisé, l’imaginaire pour scène et un metteur en scène au service des joueurs.

J’aime à définir le jeu de rôle comme une pièce de théâtre dont le déroulement et la fin de l’histoire – acte d’exposition souvent mis à part – sont indéterminés, car écrits au fur à et mesure des décisions et des actions entreprises par ses acteurs. J’aime particulièrement cette notion de théâtre, car les joueurs incarnent et interprètent théâtralement leur personnage, à ceci près que la scène où est représentée la pièce n’existe que dans l’imagination de ses participants. Et si les joueurs sont au jeu de rôle ce que les acteurs sont à la pièce de théâtre, alors le MJ en serait vraisemblablement le metteur en scène…

Voici donc un bon point de départ pour cette réflexion : Un bon Mj est en quelque sorte le césar du meilleur metteur en scène. En ce qui me concerne en tout cas, c’est bien dans cette fonction que je m’efforce continuellement d’officier lorsque j’exerce la fonction hautement privilégiée de MJ.

Dans maître du jeu, il y a ces deux notions réunies de « maître » et de « jeu ». En ce qui me concerne, le mot « jeu » prédomine largement sur la fonction de maître, en ce sens que le MJ est effectivement le maître de son univers imaginaire, mais surtout et avant tout en est il le maître au service du jeu… et de ses joueurs. Il se doit d’ailleurs d’honorer la confiance que lui témoignent ses joueurs en leur permettant d’évoluer dans son univers et de le gouverner de façon intelligente, séduisante, que dis je, brillante, pour leur donner envie de s’y plonger.

Trop de MJ font à mon sens l’erreur d’accorder une importance prédominante au terme de « maître », avec ce que cela véhicule comme clichés réducteurs et caricaturaux du MJ qui impose, domine par orgueil, et surtout contrôle le déroulement de l’histoire fidèlement à son scénario (certes son bébé, la chair de son sang) et à ce qu’il avait prévu, au détriment de la capacité fondamentale qu’ont les joueurs de décider et d’intervenir de façon pro active sur la tournure de l’histoire.

Vous savez, ces scènes indigestes que l’on a tous vécu en tant que joueurs durant lesquelles on a l’impression insupportable que les évènements se passent de façon préméditée et intentionnelle de la part du MJ sans que l’on puisse y faire quoi que ce soit… Ces PNJ détestables aux allures de Big Boss de fin de niveau dans un « Beat Them All » de mauvais goût que le vilain MJ vous colle dans les pâtes pour mieux vous brimer et vous faire comprendre qu’il maîtrise votre destin. En ce qui me concerne, la noble fonction de MJ est incompatible toute idée d’antagonisme et d’opposition avec les joueurs. Ôtons nous tout de suite de la tête cette idée que l’on peut gagner une partie de jeu de rôle contre ses joueurs et réciproquement comme une partie de Monopoly (avec tout le respect que j’éprouve envers ce jeu mercantile).

Messieurs les MJ, Les joueurs sont acteurs de votre l’histoire, et non de simples spectateurs. Dans ma vision des choses, maîtriser ne signifie certainement pas contrôler les agissements des joueurs. Un bon maître du jeu doit savoir s’adapter, laisser certains évènements lui échapper, pour mieux favoriser la décision des joueurs et l’interactivité de l’histoire qui en résulte. Je reconnais que c’est terriblement difficile et contre nature. Une campagne, un scénario, nécessitent des heures de travail et de réflexion et tout peut partir à la poubelle parce que les joueurs filent dans une direction inattendue et dévalorisante pour votre script. Vous pensiez qu’ils allaient dépenser une énergie folle à résoudre une énigme dont vous étiez particulièrement fière ? Et quelle déception de les voir patauger dans la boue alors que la solution vous paraissait si limpide et de torpiller l’aboutissement espéré par une entreprise calamiteuse… Certes, mais le bon MJ maîtrise son univers et son scénario pour qu’il prenne la tournure que les joueurs se sont efforcés de lui donner.

Ma plus belle récompense n’est pas d’arriver à la fin de ma campagne conformément à ce à quoi je m’attendais, mais de voir mes joueurs s’épanouir pleinement dans l’interprétation de leur personnage et dans l’univers que je leur ai proposé.

Votre dévoué

Synochrate

Prochainement dans la chronique de Synochrate : « Épisode 2 – Offre d’emploi pour un MJ »

 

Khaos 1795 ou le jour où Roland Dumas décida de prendre les armes

Bonjour à tous!

Avec Khaos 1795, Les 12 singes ont décidés non seulement de nous honorer de l’industrialisation du concept de Jeux de Rôle clé en main, mais en plus, ils l’ont fait bien :  Une merveille vous dis-je, un joyau, une beauté, une pure beauté comme on les aime : Du jeux de rôle intéressant, éducatif, et sombre à souhait !

Khaos (prononcer Khaossss quand on est intime) est le premier jeu de la collection « Intégrales » , comprenant une  série de jeux « clefs en main » basés  sur le même système (plutôt simple et bien fait), comprenant dans un seul package,  les règles, le monde et la campagne qui va bien le tout dans un petit format très pratique.

Concernant Khaos, le concept original en marquera plus d’un et en effraiera les autres (eux la les historiens) : la révolution Française a mal tourné ! Oh si, le roi a eu droit à sa fête personnelle avec son amie la  guillotine, mais c’est après que ça s’est mal passé. En 1795, le jour ou l’impitoyable Fouquier Thinville s’est occupé de Robespierre, un énorme oeil enflammé  surgit au dessus de l’observatoire de Paris et projette son regard menaçant sur la capitale.

Un régime de terreurs s’empare de la France gouverné par le trium virat infernal de Fouquier Thinville, l’infâme Saint-Just et le jeune Capitaine des armées Bonaparte (Rien que ça !). L’Europe contemple avec horreur la nouvelle France et commence à trembler…

Seules 5 organisations de héros, issus à la fois de  l’ancienne Noblesse (enfin ce qu’il en reste…) et des récents révolutionnaires, se lèvent pour tenir tête à la terreur : Les citoyens corsaires (révolutionnaires terroristes ayant le panache et la grande classe des corsaires de l’époque), le jeu de paume (les médecins et autres organisateurs), le cabinet des ombres (les espions du roi !), la garde nationale (les restes flamboyants de l’armée), et le siècle des lumières (les savants et philosophes). Vous avez deviné, nos Pjs en font partie !

Rien que ça pourrait constituer un monde de bonheur pour nos chers Pjs. On s’attendrit en les imaginant fomenter des coups d’éclats, espionner à tout va, et tenter de mettre le régime à bas, mais ce n’est pas tout… Et c’est bien ça, qui fait de ce jeu une perle inestimable du paysage JDR actuel : l’Oeil corrompt,et pas qu’un peut !  Il entraîne une sorte de déformation de la réalité avec des impacts très variés : Les immeubles changent de place, les animaux et les forêts ou parcs de Paris mutent effroyablement, une sorte de chancre noir a colonisé le canal Saint Martin, les suppôts de l’oeil disposent de chiens à 2 têtes irascibles, de chevaux démons, de corbeaux espions… Mais ce n’est pas tout, cette distortion peut aussi être utilisée à l’avantage de nos pjs qui bien sur ont appris à la manipuler (via le siècle des lumières), permettant de faire apparaître une marche au bon endroit au bon moment, de créer une brume noirâtre les effaçant aux yeux de gardes énervés, leur permettant de sauter de 2 etages… bref… que du bonheur. On est d’ailleurs encore plus heureux , quand on sait que plus ils en abusent, plus ils attirent l’attention de l’oeil, et plus celui ci a de possibilité de les enquiquiner : un rêve pour tout Mj sadique (citez m’en un qui ne le soit pas !)

J’ajouterais un soupçon d’occultisme avec des objets utilisant cette fameuse distortion de la réalité, une campagne plutôt bien ficelée (nécessitant pas mal de boulot pour faire vivre Paris à vos Pjs comme il se doit quand même), un final en beauté et inattendu…

Le plus drôle, c’est que cela a tellement plus qu’ils ont transgressé le concept en sortant un supplément sur Nantes, mais chut… nous verrons cela dans un autre article !

FONCEZ  ! Ah Ca ira, ça ira.. !

http://www.les12singes.com/sousrubrique.php3?id_rubrique=21

Ps : A noter que la trilogie de romans « l’Enjomineur » de Pierre Bordage est une excellente source d’inspiration en plus d’être un super bouquin… A bon entendeur…

Sire Lunathir (Pour vous servir)

La Brigade Chimérique – Avis et petite présentation vidéo

Il n’y a pas très longtemps, j’ai reçu une agréable surprise de ma compagne : un exemplaire de « La Brigade Chimérique – l’Encyclopédie ».

Ce jeu, inspiré de la bande-dessinée éponyme (que je vous recommande chaudement ceci-dit en passant), vous transporte au milieu de l’Europe de l’Entre-Deux-Guerres et dans son contexte géopolitique délétère.

Mais voilà, l’histoire telle que l’on vous l’a racontée a probablement omi quelques détails de taille : les surhommes européens existent, ou tout du moins existaient… Et vous êtes l’un d’entre eux !

Vous voici donc aux commandes de l’un de ces héritiers du « gentilhomme-justicier » du siècle passé (XIXème donc, pour ceux qui ne nous suivent pas) mais doté de capacités incroyables. Votre alter-ego boosté au radium vous emmènera dans les couloirs obscurs de cette Europe tourmentée et vous fera virevolter de la politique à la découverte de Mars, le tout en passant par l’ombre grandissante du Dr. M. et de son Allemagne transformée en menace terrible.

Tout cela pour vous inviter à découvrir ce jeu merveilleux, ainsi qu’un site développé par un passionné (et je le comprend) de ce jeu prenant et d’une grande qualité.

– Les éditions Sans-Détour : http://www.sans-detour.com/

– Le fan-site de la Brigade Chimérique (qui a réalisé notamment la vidéo ci-dessous) : http://le-jdr.la-brigade-chimerique.fr