In Nomine Satanis / Magna Veritas – L’apologie de la doc bénite

Bon il y a certains trucs que les americains ou les chinois ne pourront jamais nous piquer: le fromage, le vin, Michel Sardou, notre mauvaise humeur et…. In Nomine Satanis / Magna Veritas (Les américains ont essayés, mais ils ont oubliés un ingrédient essentiel… la rigolade).

Et tout ça grâce à l’illustre CROC (que son nom soit sanctifié) et ses  bijoux ludiques qu’il nous a offert (lui et ses comparses), à savoir : Bitume, le plus récent COPS et l’intemporel INS/MV.

« Elle est pas bénite ta batte… Oh le looser !  »  Pierrot, Ange de Daniel

Ce qu’il faut déjà comprendre avant d’aborder cette gamme, c’est l’humour… Pas celui du 1er degré, ni celui du deuxième mais… bien plus loin encore ! Cette humour noir et cynique indéfinissable, mais qui nous fera se tordre de rire et passer de très bons moments !

Bon, je fais rapide sur le contexte : Le jeu divin entre Dieu et ce bon vieux Satan bat son plein depuis des millénaires et nos Pjs sont amenés à incarner des Anges ou des démons dans la société moderne. Le catholiscisme est cependant chahuté de part le monde par la resurgence d’anciennes religions (Valaya, Dieux de l’ancienne egypte, etc.) et l’agressivité des nouvelles (Islam, hindouisme, etc.). Un autre de ses grands défis prend la forme d’adolescents boutonneux et irrespectueux qui passent leur temps à ce mettre de grands coup d’Artic dans Counter Strike et désertent les eglises.

Les sociétés Angeliques et Infernales sont d’infames bureaucraties ou des formulaires soporifiques et agents administratifs attendent nos pjs à chaque recoin de mission. Les anges et les démons s’affrontent sous le regard bienveillant du « vieux » (dieu) et de Lucifer et chacun compte les points de son côté.

 

 » Vas y, tiens moi ce cul bénis, on va le déguiser en Ronald Mac Donald et le larguer au milieu de la convention chasse pêche et tradition ! » Paulo, Démon de Malphas

Vous l’avez compris, il y a donc deux facons evidentes de jouer à INS/MV :

– Magnas Veritas : Débusquer les démons et leur infames machinations et une fois que c’est fait  prendre la tête de cohortes de skinheads equipés de docks benites, déployer ses ailes flamboyantes et balancer des colonnes de feux et des déluges d’elecrtricité sur les séides infernaux.

– INS : S’amuser à mettre des jouets démons dans la chambre des petits enfants, mitrailler un macdo à grands coup de famas maudits ou dévergonder tout un presbytaire en s’eclipsant au bon moment.

Les missions s’enchainent, il est très amusant (au début) de martyriser les humains ou user de ses supers pouvoirs qui permettent de traverser des murs et de renverser des paniers à salades de flics (les camionnettes… m’enfin !)

« Comment ca je dois remplir le formulaire 12842 B et me soumettre à l’intérrogatoire ? Je viens de me prendre 2 coups de hache maudite par un démon du troisième cercle de Baal plus qu’énervé et toi tu m’emmerde avec tes papiers ?! »  Max, Ange de Michel

Mais franchement, au bout d’un moment ca lasse… Et c’est quand on est lassé, c’est là que ca devient vraiment, vraiment sympa ! Vous avez les moyens d’empetrer les joueurs dans des series de missions débiles aux buts incompréhensibles, voire contraires à leur nature pour, au final, les réveiller…. Leur faire prendre conscience que tout ceci n’est qu’un jeu absurde qui dure depuis des millénaires pour l’amusement de deux vieillards…

Et là on accède à la troisième facon de jouer à INS/MV : Foutre tout ca en l’air ! Jesus, l’entité la plus cool de l’univers l’a  bien compris, et il a ouvert un bar PMU (chez Régis) sympatoche ou anges et démons et familiers en tout genre peuvent se retrouver pour boire des verres ensembles sans possibilités d’anicroches. Le jeu devient alors très intéressant, car il s’agit de faire des alliances contre natures et saboter les rouages de cette machine bien ficelée pour, au final,  arrêter cette mascarade . Je ne saurais trop conseiller le supplément Rigor Mortis indispensable dans ce cas : http://www.xxiemeciel.com/download/RigorMortis.zip

Bon allez, je vais aller réveiller mon familier poupée gonflable d’Andréalphus et passer un bon moment !  A + !

Sire Lunathir, pour vous servir.

This entry was posted in Critiques and tagged , . Bookmark the permalink.

2 réponses à “In Nomine Satanis / Magna Veritas – L’apologie de la doc bénite”

  1. Comme je le disais sur un autre article, je ne connais pas INS plus que pour ce qu’on m’en a dit (du bien, beaucoup de bien).
    En tous cas c’est assez attrayant ; d’après ta critique on semble à mi-chemin entre Vampire (le côté mascarade, pouvoirs inhumains et guerre secrète) et COPS (la bureaucratie). Malgré tout, je reste un peu sceptique sur les opportunités de renouvellement, en termes de scénario. Faire sauter des McDo c’est sympa un peu, mais ce jeu permet-il des parties de longue haleine ?

    • Lunathir dit :

      En terme d’opportunités de renouvellement ce qui peut varier :
      – Le contexte : l’infiltration démoniaque dans une assemblée de terroriste bretons ou dans Al Qaida n’est pas du tout de la même envergure
      – Les antagonistes : La 3eme force (Vikings, Vaudou ->lire Baron Samedi, etc.) permettent des campagnes dépaysantes
      – L’humour : il est clairement possible de faire des scénarios complétement déjantés en s’éclatant, mais c’est vrai cela se prête plus au One shot (Je pense au scénario ou on joue les familiers d’un démon partit en vadrouille dans la version 1 d’In Nomine qui était à se tordre de rire, ou à l’autre scénario sortit dans Casus ou des démons s’etaient incarnés dans les tracteurs, solex, et autres moissonneuses batteuses d’un village -> hilarant !)
      – Et enfin, comme je l’ai précisé dans l’article, pour moi, une campagne digne de ce nom commence en mode classique (anges Vs démons et autres) et dérive vers la découverte de la bétise de cette mascarade et finit sur la tentative despérée d’y mettre fin définitivement et de laisser le libre arbitre aux humains.Là, il y a de quoi jouer : Lire le supplément Rigor Mortis, il est fait pour ca.

      A++

      Lunathir

Réagissez !